Muséofoot ou comment expérimenter une nouvelle rencontre entre collection, médiation et public

Du 20 au 25 octobre dernier, l’espace Muséocube (situé au rez-de-chaussée des Champs Libres) accueillait Muséofoot : un rendez-vous inédit dédié au football et au patrimoine en Bretagne. À l’initiative du projet, le musée de Bretagne y associait également une série de visites, rencontres et projections sur la thématique du football.  Cet article vous propose un retour d’expérience des différents acteur.ices de cette semaine originale : médiateurs.ices, service civique et programmateur du musée de Bretagne et des Champs Libres.  

Au commencement était une collecte

En cette année 2020, le musée de Bretagne lance une collecte consacrée aux pratiques sportives amateurs, et invite les Bretons à participer à l’enrichissement du patrimoine sportif lié à la région. En effet depuis quelques décennies, le fait sportif a acquis un nouveau statut, celui d’une culture de plus en plus partagée qui autorise désormais à voir le patrimoine sportif comme une réalité, une ressource à conserver, une histoire à transmettre. Cette collecte que le musée espère fructueuse  pourrait trouver sa valorisation dans le cadre de projets de recherche, d’édition, voire d’exposition.

Visuels de la collecte lancée par le musée de Bretagne.

Une semaine 100% foot

C’est dans le cadre du lancement de cette collecte « sportive » que le musée de Bretagne a décidé d’organiser une semaine 100 % football. Elle devait avoir lieu en mars dernier, mais pu être reportée (ouf!) pendant les vacances de la Toussaint du 20 au 25 octobre. Nous avons proposé aux publics différents formats pour venir découvrir un pan de l’histoire du football, principalement en Bretagne, faire découvrir les collections du musée de Bretagne et le travail de nos partenaires sur cette thématique.

Un Muséofoot au Muséocube

Ouvert de 10h à 18h du lundi au vendredi et de 14h à 18h le week-end, l’espace Muséocube était au couleur du Stade Rennais tout au long de la première semaine des vacances de la Toussaint.

Malgré la crise sanitaire, et une plus faible affluence des visiteurs aux Champs Libres, nous avons accueilli plus d’une cinquantaine de visiteurs par jour (avec plus de 70 personnes le mercredi).

Muséofoot dans l’espace Muséocube

L’installation de Muséofoot croisait plusieurs objectifs pour le musée de Bretagne:

  • Sensibiliser les visiteurs à la richesse de nos collections et à la démarche d’acquisition du musée,
  • Orienter les publics vers les différentes « offres » liées à la semaine Muséofoot,
  • Croiser les expériences et les histoires personnelles sur le football à Rennes en favorisant le dialogue entre les médiateurs et les visiteurs mais aussi les visiteurs entre eux,
  • Augmenter la connaissance des collections par l’indexation collaborative,
  • Communiquer sur le lancement de la collecte autour du sport en Bretagne,
  • Éprouver la capacité d’un lieu à être un espace d’expérimentation dans nos relations au public.

Mais aussi pour les Champs Libres

  • Créer un espace d’attente, libre d’accès, où le visiteur peut venir seul ou en famille, entre deux visites programmées,
  • Offrir l’opportunité au public de se sentir accueilli aux Champs Libres même sans avoir de visites programmées,
  • Entrer en conversation avec les publics,
  • Saisir l’opportunité de coopérer entre plusieurs équipes de médiation.

Pour répondre à ces objectifs, le lieu réunissait différentes propositions pensées pour faire participer, provoquer la discussion et inviter à la contribution :

  • Projections de nouvelles acquisitions photographiques issues des collections du musée de Bretagne
  • Retirages photographiques de collections du musée avec des joueurs d’hier et d’aujourd’hui a identifier
  • Une fresque sur laquelle le public était invité à se dessiner en tant que supporter,
  • Un panini® géant sur l’équipe du stade rennais actuelle et des années soixante-dix,
  • Un atelier coloriage de maillots de foot,
  • Un espace de jeu à l’entrée du lieu (but et ballons de foot) et à l’intérieur (jeux divers pour les plus jeunes),
  • Un atelier participatif de badges sur le thème du foot,
  • Un espace détente avec consultation de magazine de foot.

L’ensemble des dispositifs mis en place ont joué leur rôle mais à des niveaux différents.

Le but à l’entrée était un véritable point d’attraction et invitait les visiteurs de tous âges à taquiner le ballon et marquer un but avant d’aller plus loin dans l’espace. Les ballons étaient aussi utilisés par les médiateurs pour aller  dans le hall,  capter l’attention de nouveaux visiteurs.  Autre détail qui attirait l’attention,  le Stade Rennais avait mis à notre disposition maillots et écharpes !

La guirlande de maillots et la fresque « Dessine-moi parmi les supporters » ont particulièrement bien fonctionné auprès des enfants et des adolescents. Plusieurs centaines de maillots ont été coloriés et des parties de la fresque étaient remplacées chaque soir car elles étaient remplies de dessins dans la journée nécessitant d’ailleurs un peu de suivi logistique.

Ces deux supports ont joué pleinement leur rôle d’attraction depuis le hall tout en suscitant dialogue et convivialité entre les gens. Les enfants occupés, les parents ou grands-parents étaient rendus plus disponibles à la discussion pour  découvrir les collections du musée et la collecte en cours.

Parmi les goodies, nous proposions des badges réalisés à partir de nos collections. Si au début les visiteurs se servaient parmi les badges déjà réalisés, dès que nous leur avons proposé de les faire par eux-mêmes petits et grands se sont pris au jeu. Ce fut un vrai succès !

Du côté des contributions, les comportements étaient variés. La plupart des gens n’osaient pas immédiatement écrire sur les post-it pour nommer les joueurs. Il faut avoir préalablement placé déjà quelques post-it sur la photographie pour qu’ils osent, certains attendant même qu’on leur en donne « l’autorisation».

Nous avons reçu de grands connaisseurs du Stade Rennais dont nous avons pu récupérer les coordonnées. Certains d’entre eux ont pris un plaisir non dissimulé à identifier les personnalités photographiées dans les collections du musée de Bretagne, revenant à plusieurs reprises dans la semaine. Nous avons pu ainsi renseigner intégralement (ou presque) certaines de nos collections photographiques autour du Stade rennais.

De ces rencontres et des histoires qui étaient en train de se partager est apparu dans la semaine la nécessité de mettre à disposition un cahier pour permettre le laisser trace.

Il y avait également un Panini® Géant du Stade Rennais de 2020-2021 et de 1970-1971. Cela nécessitait d’être un peu connaisseur, néanmoins plusieurs personnes ont tenté leur chance (quitte à tricher un peu sur Internet) et étaient fier de finir. D’ailleurs certains s’attendaient à gagner un lot. Très rares sont ceux à avoir tenté le Panini 1970-1971, peut-être trop ancien pour les amateurs d’aujourd’hui.

Parmi les visiteurs, beaucoup venaient avant ou après une séance à l’Espace des sciences ou au laboratoire de Merlin, d’autres passaient par là. Les visiteurs sont dans l’ensemble repartis avec le sourire et contents de leur passage à Museofoot.

Nourri de ces bons retours, le musée de Bretagne pense déjà à proposer de nouveaux rendez-vous à Museocube associant activités famille et échange autour des collections pour les prochaines vacances scolaires.

Les visites sportives

Le week-end du 24 et 25 octobre, quatre visites sportives étaient proposées en partenariat avec la Direction des sports de la Ville de Rennes. François Denis, de la direction des sports et ancien footballeur professionnel du Stade Rennais (1987-1997), proposait au public des exercices de renforcement musculaire après les commentaires des médiateurs du musée.

Gainages en « position cairn », pas chassés dans la voie romaine, marelle dans la cathédrale de Quimper, squats à l’Ancien Régime, position Bigoudène, dorsaux à la Odorico… Un programme qui a permis aux visiteurs de découvrir l’histoire de la Bretagne et de ses sports, de l’histoire du jeu de soule, ancêtre du football, à comment l’affaire Dreyfus a influencé la création du Tour de France ; le tout dans la bonne humeur !

Le concept de visite a particulièrement séduit. Le public trouvait l’idée originale et appréciait de pouvoir découvrir le musée de cette façon. La majorité des participants étaient des primo-visiteurs et n’étaient pas Rennais.

Ce format de visite interroge sur la place du corps du public dans l’exposition en rompant un format descendant et statique : le public est actif et « fait corps » avec le musée, s’approprie plus facilement les espaces. Cela donne des idées pour de prochaines visites !

Des projections en continu et des rencontres

Dans la salle d’exposition René-Yves Creston, devenue pour plusieurs mois, « Images de Bretagne », étaient projetés les 10 épisodes de la web-série Shoot, 100 ans de football en Bretagne et le film réalisé par Rouge Mémoire (site d’archives sur le Stade Rennais), 1965, à jamais la première sur le retour à Rennes des joueurs du stade Rennais après la première victoire en coupe de France en 1965 d’après des photographies issues de nos collections, de Sigismond Michalowski et des extraits de l’INA.

Afin d’aller à la rencontre de ceux qui participent à faire du football un objet patrimonial, un café histoire était organisé le jeudi 22/10 avec Mickael Correia, journaliste et auteur d‘une Histoire populaire du football, et Matthieu Lecharpentier, supporter du stade rennais et archiviste pour le site Rouge Mémoire consacré au Stade Rennais.

Cette semaine s’est achevée par la projection le dimanche le 25/10 du film d’Antoine Biard, Tu ne seras jamais seul, qui suit, pendant la saison 2018-2019, les supporters ultra, membres du RCK (le Roazhon Celtic Kop).

Un bilan en forme de perspectives

De l’animation de Museocube aux projections en continu, cette semaine Museofoot aura permis aux équipes du musée de Bretagne et des Champs Libres d’expérimenter de nouvelles offres mais également de nouvelles postures dans la relation au public avec des dispositifs favorisant chacun à leur façon la discussion autour d’un lien culturel : le football

La collecte sur le sport en Bretagne se prolongeant encore plusieurs mois, le musée de Bretagne envisage de se nourrir des succès et enseignements de cette semaine pour imaginer encore d’autres formes d’échanges autour de ses collections et de leur enrichissement.

Un article écrit d’après les divers retours des équipes de médiation du musée de Bretagne et des Champs Libres :

Laura Bourdais, Maël Lemaître, Diane Velex, Marion Gledel,  Manuel Moreau et Hélène Audrain.

Laisser un commentaire