Le fonds des frères Géniaux s’enrichit à nouveau

A la suite de l’exposition Charles et Paul Géniaux, La photographie, un destin, les descendants des frères Géniaux ont souhaité faire un nouveau don au musée de Bretagne. Il vient enrichir les très importantes collections photographiques.

Les collections photographiques du musée, constituées dès le 19e siècle et considérablement enrichies au tout début des années 1970 – démarche tout à fait pionnière à l’époque – comportent aujourd’hui plus de 500 000 items, négatifs et  épreuves confondus.

De nombreux fonds de studios photographiques ont été acquis au fil des ans sur différentes communes de Bretagne, constituant ainsi un panorama de la région sur près de 150 ans, croisant paysages, scènes de la vie quotidienne et portraits d’habitants.

Le fonds des frères Géniaux ne s’inscrit pas exactement dans la démarche des studios professionnels, leur activité conjointe ayant eu vocation dès le début de leur pratique, à être diffusée par le biais de la presse ou de l’édition sous forme de cartes postales. Essentiellement effectuées sur commande, leurs photographies sont destinées aux journaux et au magazines pour lesquels ils travaillent, ils figurent parmi les pionniers du photo reportage.

Carte postale issue de la série Nos Bretons, cliché Charles ou Paul Géniaux, éditions J.M., Paris – Marque du domaine public – Collection musée de Bretagne, Rennes

La première photographie de Charles Géniaux entre sans doute au musée de Bretagne dans les années 1890, c’est une photographie signée de son auteur et destinée à l’édition ; dans les années 1990 le musée fait plusieurs acquisitions en ventes publiques de photographies de Paul Géniaux autour entre autres du métier d’ardoisier.

Ardoisières de Trélazé, Paul Géniaux, vers 1895 – Marque du domaine public – Collection musée de Bretagne, Rennes

Les dons et achats précédents de photographies des frères Géniaux ne concernaient que la Bretagne et correspondent donc au début de leurs carrières respectives ; Charles se détachera petit à petit de ce médium pour se consacrer à son activité de journaliste et d’écrivain, l’écriture prendra le pas sur l’image.

Ce nouveau don vient renforcer le fonds d’images bretonnes, avec notamment quelques belles épreuves signées, et de plus petits tirages légendés de la main de Charles ; plusieurs portraits de Charles Géniaux et de son épouse Claire permettent de mieux contextualiser le milieu social et intellectuel dans lequel ils évoluent. On y retrouve des images de leur maison à Rochefort-en-terre où ont été conservés jusqu’en 2013 les négatifs ayant fait l’objet du premier don. 

Portrait de Charles Géniaux – Marque du domaine public – Collection musée de Bretagne, Rennes

Des exemplaires de différentes revues dans lesquelles ils ont publié leurs photographies, sont associées au don, ce sont des numéros uniques conservés avec soin par Claire Géniaux : le travail des photographes se révèle entre les négatifs, parfois retouchés, les épreuves et les images finales éditées. Très souvent légendées, ces photographies sont des aides précieuses pour dérouler au mieux le fil de leurs carrières entrecroisées et mal connues.

Enfin, le don concerne également des images du sud de la France et d’Afrique du nord, Maroc et Tunisie essentiellement, pays où Charles et son épouse ont effectué de longs séjours. Ces photographies repérées dans diverses revues sont bien identifiées et aisément datables.

Une rue à Tunis, Charles Géniaux – Marque du domaine public – Collection musée de Bretagne, Rennes

La famille Géniaux conserve une importante correspondance, qui, bien que ne faisant pas partie du don, nous a été largement accessible et d’une grande aide pour dater et renseigner certaines photographies, retracer la biographie des deux frères. Trois petits carnets manuscrits de la main de Charles Géniaux font néanmoins partie du don, cahiers de voyage dans lesquels il relate ses déplacements, souvent dans le détail et avec précision. Cet ensemble vient enrichir la collection photographique des frères Géniaux, et enrichir plus largement le fonds photographique du musée de Bretagne.

Laurence Prod’homme.

Laisser un commentaire